Toronto, tout pour le cinéma

Depuis 1976, le Festival de Toronto, ou TIFF, s’est imposé comme un des rendez-vous majeurs du cinéma contemporain mondial. Conçu initialement comme une sorte de best of de festivals où l’on ne montrerait que les meilleurs films montrés du circuit (d’ou son nom originel de Festival of Festivals), la manifestation a rapidement grandi comme un évènement culturel incontournable dans sa ville natale, occupant le Quartier des Spectacles (Entertainment District, qui devient piéton dans son artère principale pendant les 11 jours du festival), créant entre autres sa Cinémathèque et son TIFF Bell Lightbox, un complexe dédié au cinéma via des expositions et des projections.

Le festival est un festin de cinéma pour le public local : en 2016, 397 films, venus de 83 pays différents, furent projetés, avec une fréquentation estimée à 480 000 spectateurs. Ses nombreuses sections permettent de découvrir jeunes réalisateurs, cinéastes confirmés, courts métrages, films expérimentaux et même séries télé (depuis 2015).

Le TIFF a su combler un manque :  devant l’absence d’un festival équivalent à Cannes aux Etats-Unis, il est devenu le festival le plus important en Amérique du Nord. Cette importance se mesure à la présence annuelle de stars américaines sur le tapis rouge, des premières mondiales de films comme (entre autres) American Beauty, 127 Heures ou Black Swan. Avec son caractère non-compétitif et son public chaleureux, le TIFF est devenu la plate-forme idéale pour les studios américains pour lancer leurs films dans la course à Oscars.

Se tenant cette année du 6 au 16 septembre, le TIFF s’ouvrira avec le drame historique Outlaw King de David McKenzie et se clôturera avec Jeremiah Terminator Leroy de Justin Kelly, avec Kristen Stewart et Laura Dern. On pourra y voir les nouveaux longs métrages de Xavier Dolan (The Death and Life of John F. Donovan, de l’oscarisé (pour Moonlight) Barry Jenkins (If Beale Street Could Talk) et de Claire Denis (High Life), avec Robert Pattinson.

Sundance TV se met à l’heure de Toronto en programmant le 15 septembre trois films diffusés lors du festival : à 19h, la comédie Detroit Unleaded de Rola Nashef (Prix de la Critique Internationale en 2012) ; à 20h35, le documentaire écologique This Changes Everything de Avi Lewis (sélectionné en 2015) ; à 22h15, le film musical Brooklyn Brothers Beat the Best de Ryan O’Nan (sélectionné en 2011).

Léo Soesanto.

Credits photos ©Jesse Milns

Billets de Blog récents [ en bas de monopage d'un blog ]