Ron Goosens et les films de cascadeurs

De La Nuit Américaine (1973) de François Truffaut à Mulholland Drive (2001) de David Lynch, le cinéma adore parler de lui-même, de ses créateurs, actrices, acteurs et créatures, devant comme derrière la caméra. Un film comme Berberian Sound Studio (2012) de Peter Strickland va même s’attacher à un bruiteur pour film d’horreur. Par contraste, peu de films mettent en lumière un métier consubstantiel au cinéma (hollywoodien) qui domine les box-offices : celui de cascadeur, sans lequel il n’y aurait pas de film d’action. Diffusé sur SundanceTV samedi 16 mars à 20h35, le film Ron Goosens : Low-Budget Stuntman (2017) de Steffen Haars et Flip Van der Kuil répare cette erreur de façon potache à travers les mésaventures du personnage-titre, cascadeur hollandais alcoolique propulsé star grâce à une vidéo sur Youtube. Engagé par un producteur véreux sur un tournage, Ron Goosens devra aussi faire face à ses propres démons et la faillite de son mariage entre deux chutes ou crashs de voiture.

Ron Goosens : Low-Budget Stuntman n’est heureusement pas tout seul dans sa catégorie et quelques oeuvres éparses ont pu célébrer ce travail de l’ombre dans sa dimension à la fois spectaculaire, masochiste et mélancolique — les coups que l’on prend au risque de sa vie, la gloire qui retombe sur l’acteur que l’on remplace. Sans surprise, le cinéma américain s’est emparé du sujet, avec des cascadeurs eux-mêmes à la réalisation. Le vétéran Hal Needham (106 films crédités comme cascadeur ou responsable des cascades dans French Connection de William Friedkin ou Chinatown de Roman Polanski) a réalisé des films avec beaucoup de poursuites de voitures (Cours Après Moi Shérif) mais aussi un portrait à la fois comique et crépusculaire de cascadeur dans La Fureur du Danger (1978), avec la star seventies Burt Reynolds : l’acteur à la moustache légendaire y est « le plus grand cascadeur vivant », miné par les blessures, l’alcool et les antidouleurs, prend conscience de sa mortalité sur un tournage particulièrement dangereux. Le film parait presque bon enfant face au film de Richard Rush, Le Diable en Boîte (1980) : un fugitif recherché par la police se réfugie sur le tournage d’un film et se fait passer pour un cascadeur. Le tyrannique réalisateur (Peter O’Toole, inoubliable dans Lawrence d’Arabie) connaît son secret, le pousse jusque dans ses derniers retranchements au point de brouiller réalité et fiction — un jeu ambigu et peut-être meurtrier puisqu’ils sont tous deux amoureux de l’actrice principale. A la même époque, on peut voir le documentaire canadien The Devil at your Wheels (1981) de Robert Fortier, qui chronique sur cinq ans l’élaboration, les essais et échecs d’une cascade épique par un certain Ken Carter, qui brûle de faire le plus long saut en voiture jamais fait, au-dessus du fleuve Saint-Laurent.

Préoccupation apparemment d’un autre temps, dont la vraie mort pourrait être causée par la généralisation des effets numériques au cinéma, le cascadeur revient en fanfare comme personnage cool dans Drive (2011) de Nicolas Winding Refn, où Ryan Gosling est l’anonyme chauffeur, à la fois mécanicien, cascadeur et conducteur pour braqueurs, ce qui est bien pratique pour tout le monde. Quand les cascadeurs des films pré-cités sont de touchants trompe-la-mort de chair et de sang, le personnage de Gosling est un masque impassible, insaisissable et abstrait, comme un de ces mannequins qu’on utilise dans les tests de collision de voiture — les crash test dummies, en anglais — mais soudain vivant. Mais le driver rejoint toujours, dans son élégance racée, la raison d’être du cascadeur telle qu’exprimée par Carter dans le film The Devil at you Wheels : « les psychiatres ont des tas théories et raisons pour expliquer ce qui motive les cascadeurs, des complexes de masculinité aux tendances suicidaires. Je ne crois pas qu’il s’agit de cela. Ma mère me disait il y a longtemps : si la vie est ennuyeuse, risque-là ».

Léo Soesanto.

Billets de Blog récents [ en bas de monopage d'un blog ]

An accidental studio

Lorsque le tournage de l’inoubliable « La vie de Brian » a été menacé par un manque de financement, quelqu’un d’inattendu est… Lire plus

24 hours Gay Pride

Nous ne sommes pas fiers uniquement un jour par an de la diversité, de la liberté et du droit d’aimer… Lire plus

75 anniversaire Jour D

Le 6 Juin 1944, l’opération militaire surnommée Jour D est menée par les Alliés de la Seconde Guerre Mondiale et… Lire plus