One More Time With Feeling : un portrait musical poignant et somptueux de Nick Cave

Tous les jeudis du mois de mars à 23h45, SundanceTV diffuse un documentaire musical dans le cadre de son programme « Sundance Loud » — « loud », soit « bruyant » en anglais. Et c’est un cri du coeur et de l’âme qui inaugure cette série le 7 mars avec le très beau One More Time With Feeling (2016) d’Andrew Dominik, le Prince Noir du rock Nick Cave nous terrasse de sa voix caverneuse et majestueuse. Le film suit Cave et son groupe The Bad Seeds suit l’enregistrement de leur 16ème album Skeleton Tree : le disque, tout comme le documentaire, sont hantés par un trauma qui prend peu à peu forme, soit la mort accidentelle d’Arthur, le fils adolescent de Cave, tombé d’une falaise près de la maison familiale. Skeleton Tree sert d’exorcisme au drame, tout comme Once More With Feeling, conçu comme la seule réponse endeuillée de l’artiste aux médias qui voudraient l’interroger sur le douloureux sujet dans le cadre de la promotion de l’album.

Loin d’être un simple making of, One More Time With Feeling est un vrai film de cinéma, par le réalisateur de L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford (2007), qui était déjà une oeuvre hantée. Cave en avait co-écrit la musique et est un proche de Dominik, ce qui explique l’impression d’intimité et de proximité du documentaire. Dans un noir et blanc somptueux, le cinéaste filme les musiciens à l’oeuvre, en live, pendant 35 minutes et intercale des interviews improvisées avec Cave, son épouse Susie et Warren Ellis le binôme-collaborateur du chanteur. En voix off sépulcrale, Nick Cave rumine sur sa douleur, sa confusion mais aussi le réconfort apporté par ses proches. « J’avais l’impression d’être parfois un intrus », déclarait Dominik au quotidien anglais The Guardian. « C’est inévitable. J’étais intrusif… mais le sujet de leur fils décédé surgit. Si vous laissez la caméra tourner, le sujet d’Arthur surgit et c’est ce que j’ai fait : j’ai laissé tourner la caméra. Il y avait des moments où j’essayais de les faire parler dessus mais ça ne fonctionnait jamais. Il fallait laisser Nick et Susie aborder eux-mêmes le sujet ».

A la fois instinctif et contrôlé, One More Time With Feeling regorge de moments poignants — qu’il soient en filigrane dans la musique ou exposés frontalement face caméra (« Qu’arrive-t-il à mon visage?, se demande Cave tandis qu’il fait des essais face à la caméra »), ou lorsque Dominik filme la falaise d’où Arthur est tombé, et devenu pour un mémorial pour les fans éplorés. Initialement, Cave et son épouse détestèrent se voir à l’écran mais se rendirent au verdict de Warren Ellis, qui les jugea très bon. In fine film, le film est d’abord et bien sûr un portrait de Nick Cave en artiste inlassable, pour une fois poussé à bout : « Nick gère tout dans sa vie par le travail », confie Dominik. « Si son coeur est brisé, il en fait une chanson, tout est bon à alimenter le moulin. Mais je ne crois pas que le film ou les chansons l’ont aidé à faire le deuil. Peut-être momentanément. Mais cette chose est si énorme, on ne peut même pas mettre les bras autour ».

Léo Soesanto.

Billets de Blog récents [ en bas de monopage d'un blog ]

24 hours party people

Le 15 Août, le Festival de Woodstock fête ses 50 ans. Séance massive et sauvage pour célébrer l’arrivée de l’été… Lire plus

An accidental studio

Lorsque le tournage de l’inoubliable « La vie de Brian » a été menacé par un manque de financement, quelqu’un d’inattendu est… Lire plus