La Vie sans principe, une dissection virtuose de la crise économique

Considéré à juste titre comme le dernier maître du polar de Hong Kong, le réalisateur Johnnie To fait peser dans La Vie sans principe, diffusé sur SundanceTV vendredi 8 février à 16h15, une violence d’abord économique. Soit trois personnages : une employée de banque qui pousse ses clients à faire des investissements très risqués, un petit gangster accro à la spéculation boursière et un policier honnête prêt à s’endetter pour acquérir l’appartement de ses rêves. Arrivent la crise grecque de 2008 qui fait s’écrouler ces vies précaires et une mallette pleine d’argent attisant les convoitises. Johnnie To emmêle ces trois trajectoires avec la même énergie qu’il déploie dans les scènes d’action pour lesquelles il est célèbre mais remplace flingues et balles par l’avarice, les descriptions de produits financiers toxiques, les regards paniqués sur les écrans où défilent les informations boursières. Le film transpire le sarcasme, la colère et matérialise dans ses scènes très quotidiennes et anxieuses cette force invisible, ineffable et abstraite que l’on appelle crise économique. Celle-ci semble passer de personnages en personnages comme une maladie, une bombe à retardement, qui réveille les démons de chacun.

L’inspiration de La Vie sans principe est très simple : Johnnie To dit avoir été escroqué par une banque et avoir fait le film pour venger toutes les victimes trompées par leur banquier. « Oui, j’ai perdu de l’argent à cause d’une banque mais ce n’était pas si simple. Je me suis rendu compte que les banques dépassaient les bornes, que chaque banque essayait de tromper chaque client, de vider leurs poches, pantalons et sous-vêtements », déclarait To lors d’une interview en public organisée par la BAFTA (l’académie de la télévision et du cinéma qui organise l’équivalent britannique des Oscars). « J’étais bien sûr énervé d’avoir été trompé par une banque mais ça allait plus loin que ça. Je ne pouvais supporter que les gens soient traités aussi mal par les banques ».

Léo Soesanto.

Billets de Blog récents [ en bas de monopage d'un blog ]

An accidental studio

Lorsque le tournage de l’inoubliable « La vie de Brian » a été menacé par un manque de financement, quelqu’un d’inattendu est… Lire plus

24 hours Gay Pride

Nous ne sommes pas fiers uniquement un jour par an de la diversité, de la liberté et du droit d’aimer… Lire plus

75 anniversaire Jour D

Le 6 Juin 1944, l’opération militaire surnommée Jour D est menée par les Alliés de la Seconde Guerre Mondiale et… Lire plus